Vague de froid: qu'est-ce que la "température ressentie"?

137 vues

Alors que la France est touchée par une nouvelle vague de froid, les prévisionnistes ajoutent aux températures négatives un autre indice, celui de "températures ressenties".

Le froid est de retour. Selon Météo France, "les températures vont chuter sous les normales saisonnières en milieu de semaine, avec le retour de gelées quasi généralisées." Cet épisode climatique pourrait perdurer jusqu'à la fin du mois. 

Selon BFMTV, les températures ressenties pourraient aller jusqu'à -25°C dans les Alpes mardi 28 février. Elles seront de -10°C à -17°C sur le reste de l'Hexagone, à l'exception du sud de la France.  

 
 

Depuis 2010 environ, lorsqu'une vague de froid s'empare de l'Hexagone, les organismes de météo ne parlent en effet plus seulement des températures réelles, mais évoquent aussi celles "ressenties". Une façon, expliquait en janvier 2017 à L'Express Olivier Proust, prévisionniste à Météo-France, de prévenir les gens qui mettent le nez dehors contre les "morsures du froid". "Les risques de gelure sont moins importants s'il fait -20 °C et qu'il n'y a pas de vent que quand il fait -10°C, mais qu'il y en a", ajoute l'expert. 

Car c'est le vent qui différencie la température ressentie de la température réelle. "Quand il n'y a pas de vent, le corps réchauffe une pellicule d'air autour de lui, cela lui permet de l'isoler un peu du froid. Mais le vent, lorsqu'il est présent, balaye cette pellicule et touche directement la peau: il n'y a plus d'interface avec l'extérieur", détaille Olivier Proust. L'organisme est alors refroidi. La température ressentie est bien plus basse que la température de base, aussi appelée "température sous abri", qui est mesurée, comme son nom l'indique, à l'abri des bourrasques, et à 1,5 m du sol. 

"Se mettre à l'abri du vent"

Dans ses calculs, - "empiriques et non-scientifiques", insiste l'expert- Météo-France prend en compte la vitesse du vent et la température de l'air. 

Le mode de calcul de la température ressentie a été élaboré en premier lieu au Canada (capture écran).

Le mode de calcul de la température ressentie a été élaboré en premier lieu au Canada (capture écran).

Météo-France

Ces calculs ne prennent pas en compte le fait que le ressenti du froid peut être évalué différemment par chacun, ce qui s'explique notamment par leur façon d'être habillés et leur état physique. Pour faire baisser ce ressenti, rien de plus simple: "il faut se mettre à l'abri du vent", conseille l'expert. Il va de soi que porter des vêtements chauds qui coupent le vent permet aussi d'atténuer ce sentiment de froid.  

Un paramètre évoqué "en dessous des normales de saison"

La notion de température ressentie a émergé il y a près de 10 ans en Amérique du Nord, et notamment au Canada, dans des régions particulièrement exposées au froid et au vent. Elle n'est utilisée en France que lors d'épisodes de froid particulièrement intenses. "On évoque ce paramètre quand on est en dessous des normales de saison", appuie Olivier Proust.  

Mais la température ressentie peut également être mesurée lorsqu'il fait très chaud. Le facteur principal n'est alors plus le vent, mais l'humidité, "qui a là aussi un rôle d'interface entre le corps et l'air", ajoute le prévisionniste. Il faudra pour cela attendre encore quelques mois...